Un nouveau projet à Kalimantan et au-delà ! / New project in Kalimantan and beyond!

 

L'océan indien (wikipedia)
L’océan indien (wikipedia)

 

Un membre du projet MAFBO (François-Xavier Ricaut) vient d’obtenir un financement de l’Agence nationale français pour la recherche (ANR) pour une étude de quatre années sur les interactions entre populations autour de l’océan Indien et le rôle qu’y ont joué les populations de l’archipel Indonésien. Un volet du projet s’intéressera aux populations du sud et de l’est de Kalimantan et à celles vivant autour de la mer des Célèbes lesquelles pourraient descendre des populations qui contribuèrent au peuplement de Madagascar, selon les données historiques et linguistiques connues. Les études linguistiques suggèrent en effet que le Malgache dérive du Barito du sud-est, une langue appartenant au groupe austronésien parlée par les Ma’anyan du centre et du sud-est de Kalimantan. Par ailleurs, les Bajo, populations pratiquant un nomadisme maritime, participèrent au commerce entre les côtes est de Bornéo et sud de Sulawesi. Ils voyageaient avec leur familles, parfois sur de longues distances, et pratiquent une langue constituant un sous-groupe des langues Barito.  Ce projet vise à estimer les corrélations entre pratiques linguistiques et patrimoine génétique et à comparer les populations malgaches et celles de Kalimantan et des régions adjacentes. Le projet est transdisciplinaire et implique six pays (France, Royaume-Uni, Pays-Bas, Madagascar, Indonésie, Nouvelle Zélande, Australie). Il appuiera et complétera le projet archéologique MAFBO, actuellement en cours à Kalimantan Est.

MAFBO project member (Francois-Xavier Ricaut) obtained a four years funding (2015-2018) by the French National Research Agency (ANR-14-CE31-0013-01) to work on the population interactions around the Indian Ocean and the role played by some populations from the Indonesian  archipelago. One side of the project will focus on populations from South and East Kalimantan and around the Celebes sea, that from their historical and linguistic contexts, may be modern descendants of the populations that helped enact the settlement of Madagascar.  On one hand, linguistic research suggests that the Malagasy language is derived from Southeast Barito, a subgroup of Austronesian languages, and is most closely related to the language spoken by the land-locked forest-dweller Ma’anyan in central and southeastern Kalimantan (Borneo). On the other hand, sea nomad Bajo populations have been active traders along the eastern coast of Borneo and southern Sulawesi, traveled with their families even on long distance journeys, and have a language that form a subgroup of the Barito languages of southeast Kalimantan. The project aim to test for an association between language and genes, between Malagasy and these populations from Kalimantan and neighbouring regions.  This transdisciplinary project involved 6 countries (France, United Kingdom, The Netherlands, Madagascar, Indonesia, New Zealand and Australia), and will complement the ongoing MAFBO archaeological project in Eastern Borneo.

Distributions of the Bajo sea nomad villages (green spot) (source: Nagatsu 2007).
Distributions of the Bajo sea nomad villages (green spot) (source: Nagatsu 2007).
Ma’anyan distribution in Kalimantan (source: Adelaar 2009)
Ma’anyan distribution in Kalimantan (source: Adelaar 2009)

Titre du projet

Une histoire humaine inexplorée dans l’océan Indien: adaptations biologiques humaines au commerce d’esclave et à la dispersion vers Madagascar

Unexplored human history in the Indian Ocean: Human biological adaptations to the Indian Ocean slave trade and Indonesian dispersal to Madagascar

Résumé / Summary

Ce projet vise à préciser les effets biologiques sur l’homme de deux diffusions ayant eu lieu au cours des deux derniers millénaires et jusqu’ici négligées par la recherche : le commerce d’esclaves dans l’océan Indien (vers l’est) et le peuplement de Madagascar (vers l’ouest). À partir de nouvelles données génétiques nous chercherons à caractériser la variabilités humaine génétique et épigénétique afin d’identifier les histoires démographiques et migratoires de ces populations et les pressions différentielles qui les affectèrent lors de ces changements d’environnement (maladies, pathogènes, climat) étalés sur une courte période de temps. Les résultats génétiques seront interprétés à l’aide d’autres données (historiques, linguistiques, archéologiques). Ce projet inter-disciplinaire, en recourant à de nouveaux outils (techniques d’études génétiques et épigénétiques) devrait conduire à de nouveaux résultats relatif à l’adaptation humaine à l’environnement et à l’anthropologie génétique.

This project aims to investigate the human biological impact of two neglected dispersal events during the last two millennia in the Indian Ocean: the Indian Ocean slave trade (eastward) and the Indonesian settlement of Madagascar (westward). By generating new genome-wide data, we will characterize genetic and epigenetic human variation in order to detect demographic/migratory population histories and selective pressures that affected human variation in a changing environment (diseases/pathogens, climate) over a short time period. Results will be interpreted using non-genetic evidence (historical, linguistic, archaeological data). This inter-disciplinary project, using a new range of tools (genomic and epigenomic techniques), should lead to significant results in the field of human environmental adaptation and genetic anthropology.

Contact: francois-xavier.ricaut@univ-tlse3.fr

 

anr

Exposition sur les ikat de Sumba à Toulouse / Ikat from Sumba exhibition

Espace Asia, Toulouse, France — Du 26 novembre au 7 mai 2015

Patola Gajah
Patola Gajah

 

Sumba
Sumba

Pour la première fois en France, cette exposition fera découvrir la tradition vivante de l’Ikat et l’exceptionnel savoir-faire des tisserandes de la grande île de Sumba, une des îles de la Sonde, isolée au sud-est de l’archipel indonésien. L’Ikat – du verbe indonésien mengikat, « lier, nouer » – est un mode de teinture à réserve ligaturée, très ancien et très sophistiqué. En teignant le fil, les parties qu’on veut préserver d’une certaine couleur, sont protégées par des ligatures végétales que l’on noue sur la chaîne. On plonge ensuite l’écheveau dans la teinture, puis on recommence le processus pour chaque autre teinte, avant de le replacer sur le métier à tisser à dossière. Plus il y a de couleurs, plus le travail est savant et contraignant. Par extension, le mot ikat désigne la pièce de tissu qui en résulte.

L’univers magique omniprésent de Sumba se loge dans ses textiles exceptionnels. A Sumba, on naît et on meurt dans un Ikat, mais on le porte aussi au quotidien, en jupe tubulaire, le sarong ou comme une écharpe, un mouchoir de tête.

Après avoir obtenu successivement le classement du Théâtre d’ombres wayang kulit, du Kris, puis du Batik de Java, de l’Angklung – un instrument de musique en bambou – et de la danse Saman d’Aceh, l’Indonésie a proposé en 2013-2014 à l’UNESCO, le sac en filet de fibres naturelles des Papous de Wamena, le Noken (Papouasie indonésienne, province de Papua) et l’ikat de l’Est de Sumba pour inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO.

Tissage d'ikat
Tissage d’ikat (© A. Guerreiro)

L’exposition montrera les Ikats de chaîne de l’Est de l’île, qui jouent sur des motifs complexes fondés sur la symétrie, tissus d’épaules/couvertures (kain hinggi), écharpes (selendang), jupes sarong (lau), alternant figures héraldiques et thèmes animaliers ou rituels – arbres symboliques, pirogues, maisons, chefs…

Tous dans une riche gamme de couleurs, où les rouges-bruns et l’indigo dominent, comme à Pau et Rindi. Et aussi quelques pièces de l’Ouest (régions de Kodi, Loli et Laboya), à franges, alternant rayures, fleurs ou plantes stylisées, décorées aux deux extrémités par des bandes en trame supplémentaire, à fond blanc, indigo ou noir.

Antonio Guerreiro (IrAsia : Institut de Recherches sur l’Asie)

La page « exposition »  d’Espace Asia.

 

 

Cimetière du village de Rindé Raja'
Cimetière du village de Rindé Raja’ (© A. Guerreiro)
Mégalithes à Wanokakak

Mégalithes à Wanokakak (© A. Guerreiro)