Work at the Sport and Tourist Office / Activités à l’office des sports et du tourisme, Sangatta

The MAFBO team stayed at the Dinas Pemuda Olahraga dan Pariwisata (Office for Sport and Culture, Sangatta, East Kutai) from 11-15th of June. Our excavation material and archaeological artefacts are stored at this location. We completed the listings of the archaeological artefacts from the sites excavated since 2011 (Liang Abu and Liang Pemalawan, Lesan river catchment). Moreover, in prevision of the reopening of the Liang Jon site excavation (Bengalon river catchment) planned for 2016, we have listed the bags of lithic material from this site found during fieldwork predating the MAFBO project. These listings also aimed to fulfill the request of Office of Cultural Conservation (Balai Pelingalan cagar budaya, BPCB).

We have also prepared a scientific report for the BPCB in order to reinforce the UNESCO application to classify this region as a UNESCO world heritage site. Finally, we had the visit from a group of Indonesian scouts, to whom we presented our archaeological research (e.g., objectives, methods, materials).

This office also hosts the local scout organization
This office also hosts the local scout organization

L’équipe MAFBO a séjourné du 11 au 15 Juin au Dinas Pemuda Olahraga dan Pariwisata (office de la jeunesse des sports et du tourisme) de Sangata (Kutai Est). C’est le lieu où sont entreposé notre matériel de fouille et les vestiges archéologiques. Nous avons achevé l’inventaire des sacs de restes archéologiques issus des deux sites fouillés depuis 2011 (Liang Abu et Liang Pemalawan, basin de la rivière Lesan). Par ailleurs, en prévisions de la reprise de fouille à Liang Jon (bassin de la rivière Bengalon) prévue pour 2016, l’inventaire des sacs de matériel lithique trouvés sur ce site lors des campagnes antérieures au projet MAFBO a été réalisé. Ces inventaires visent en outre à satisfaire la demande du bureau de la conservation culturelle (Balai Pelingalan cagar budaya, BPCB).

Nous avons également préparé un dossier scientifique destiné au BPCB afin de renforcer l’argumentaire du dossier de candidature pour un classement du karst au titre de patrimoine mondial à l’UNESCO. Enfin, nous avons eu la la visite d’un groupe de scouts indonésiens, auxquels nous avons pu présenter nos recherches archéologiques (les objectifs, les méthodes, le matériel, etc.)

Indonesians applied to UNESCO for the karst / Candidature indonésienne à l’UNESCO pour le karst

Indonesians application to UNESCO World Heritage for the Mangkalihat karst

Karst view from the Jelai river
Karst view from the Jelai river

The MAFBO team went to the Balai Pelinggalan cagar budaya (BPCB, The Office of Cultural Conservation,  webpage) in Samarinda to meet with its director, Pak I Made Kusumajaya, and his team. This administration has recently acquired authority of the Mangkalihat/Gunung Gergaji karstic region with the objective of classifying this region as a UNESCO world heritage site. The UNESCO application was submitted at the end of January 2015 to the UNESCO office in Paris (France) by a member of the MAFBO project (A. Guerreiro). While waiting for the results and the modifications that will be requested, the MAFBO project has agreed to provide information from our archaeological research to reinforce some part of the application.

BPCB logo
BPCB logo

Another topic discussed during the meeting was a potential project involving an exhibition of the inhabitants of Kalimantan from prehistory to today. Several institutions agreed to collaborate for this exhibition: the Department of Archaeology of the University of Gadjah Mada (Yogyakarta), the Office of Cultural Conservation (Samarinda), the Provincial Museum of East Kalimantan (Tenggarong Negeri Mulawarman Museum, Tenggarong), and the MAFBO project. Our partners from BPCB have insisted on the need to make this karstic region and its archaeological treasures known abroad.

Further readings:

  • Application guideline on the UNESCO website [link]
  • “Karst Sangkulirang Mangkaliat, Kalimantan Masuk Nominasi Warisan Dunia”, Beritasatu.com. 25.05.2015 [link]

Les indonésiens candidatent à l’UNESCO pour le classement du karst de Mangkalihat

Karst view
Karst view

Les membres du projet MAFBO se sont rendus au Balai Pelinggalan cagar budaya (bureau de la conservation culturelle, page web) à Samarinda afin de rencontrer son directeur, Pak I Made Kusumajaya, et son équipe. Cette administration a récemment acquis une autorité sur la région du karst de Mangkalihat/Gunung Gergaji dans la perspective du classement de cette région au titre de patrimoine mondial de l’Unesco. Le dossier de demande à l’UNESCO a été déposé fin janvier 2015 au bureau de l’organisation à Paris par un membre du projet MAFBO (A. Guerreiro). Dans l’attente du résultat et des modifications qui devront être faite, la mission MAFBO s’est engagée à fournir des informations issues de nos recherches archéologiques afin de renforcer certains points du dossier.

Un autre sujet abordé a été celui d’une exposition sur les habitants de Kalimantan de la préhistoire à nos jours. Plusieurs institutions ont passé un accord pour travailler de concert à cette exposition : le département d’archéologie de l’université de Gadjah Mada (Yogyakarta), le bureau de la conservation culturelle, (Samarinda), le Musée provincial de Kalimantan Timur (Tenggarong Negeri Mulawarman Museum, Tenggarong), et le projet MAFBO. Nos interlocuteurs ont particulièrement insisté sur la nécessité de faire connaître à l’étranger cette région karstique et sa richesse archéologique.

En savoir plus :

  • Procédure de candidature sur le site de l’UNESCO [link]
  • “Karst Sangkulirang Mangkaliat, Kalimantan Masuk Nominasi Warisan Dunia”, Beritasatu.com. 25.05.2015 [link]
In front of the BPCB building after the meeting

University Gadjah Mada, new partner for the MAFBO project / L’université Gadjah Mada, un nouveau partenaire pour le projet MAFBO

ugm_entrance
Dpt of Archaeology of UGM / Dpt d’archéologie de l’UGM

Since the beginning of 2015 we have had a new Indonesian partner, since our previous partner, the Pusat Arkeologi Nasional from Jakarta (National Centre for Archaeology), suspended our collaboration due to the lack of personnel to join the project.

Consequently, we have started our 2015 fieldwork with a meeting at the Department of Archaeology, Faculty of Cultural Sciences, University of Gadjah Mada, in the city of Yogyakarta (East Java), to set up a new cooperation programme. A two hour meeting with Dr Mahirta Ita (Head of the Dept of Archaeology) and Dr Tular Sudarmadi (lecturer) took place on 9th June. The main components (scientific, diffusion and formation) of the project and the modality of collaboration, including funding, were openly discussed.

The meeting was friendly and enthusiastic, and agreements were made for all the points raised. This new collaboration, with one of the most dynamic universities in the Indonesian archipelago, is an excellent step in acquiring knowledge on the (pre)history of the archipelago. The agreement also came at a good time; the Department of Archaeology at UGM has just signed an agreement of cooperation with the local cultural institution to work on a publication in Indonesian dedicated to the history of this region. In addition, this meeting also reinforced the cooperation agreement, signed more than a year ago, between the University of Toulouse and the University of Gadjah Mada.

After the meeting, a bakso with Pak Tular / Aprés la réunion un bakso avec Pak Tular
After the meeting, a bakso with Pak Tular / Aprés la réunion un bakso avec Pak Tular

Le début d’année 2015 a été marqué par un changement de partenaire indonésien, puisque notre précédent partenaire, le Pusat Arkeologi Nasional de Jakarta (Centre national d’archéologie) s’est retiré pour des raisons de manque de personnels à associer au projet.

Nous avons donc débuté notre mission 2015 par une réunion au département d’archéologie, Faculté des sciences sociales, de l’Université Gadjah Mada, dans la ville de Yogyakarta (Java est) pour mettre en place un nouveau programme de coopération. Une rencontre avec le Dr Mahirta Ita (directrice du département d’archéologie) et le Dr Tular Sudarmadi (enseignant-chercheur) de plus de deux heures s’est déroulée ce mardi 9 juin. Les principales composantes du projet (scientifique, diffusion et formation) ont été envisagées et les modalités de collaboration – notamment financières – ont été ouvertement discutées.

La rencontre a été amicale et enthousiasmante, et un accord a été trouvé sur l’ensemble des points de discussion. Ce nouveau partenariat, avec l’une des universités les plus dynamiques de l’archipel indonésien, laisse espérer que des progrès conséquents vont être réalisés quant à la connaissance de la (pré)histoire de l’archipel. Cet accord semble arriver à point nommé, alors que, le département d’archéologie de l’UGM vient également de signer un accord avec les institutions culturelles locales pour travailler en vue d’une publication en indonésien consacrée à l’histoire de cette région. De plus cette rencontre vient également renforcer l’accord entre l’Université de Toulouse et l’Université de Gadjah Mada, entre lesquelles un MOU a été signé il y a un plus d’un an.

 

Visite à Banjar Baru et fin de la mission 2014

A visit in Banjar Baru and the closing of the 2014 fieldwork

De Balikpapan à Banjar Baru
De Balikpapan à Banjar Baru

La visite aux archéologues du service en charge de Kalimantan a été la dernière étape de la mission 2014. Les Balai Arkeologi (abrégé « Balar » : bureau de l’archéologie) sont des services déconcentrés placés sous la direction du Pusat Arkeologi Nasional de Jakarta. Ils sont diversement distribués sur l’ensemble de l’Indonésie. Pour les quatre provinces de Kalimantan – un territoire dont la surface est équivalente à celle de la France métropolitaine (environ 550 mille km²) – on ne compte qu’un seul Balar, situé au sud de l’île, à Banjar Baru.

The visit to the office of archaeologists in charge of Kalimantan has been the last step of the 2014 fieldwork. The Balai Arkeologi (“Balar”: office for archaeology) represents regional offices under the supervision of the Pusat Arkeologi Nasional from Jakarta. They are not homogenously distributed through the Indonesian archipelago. For the four Kalimantan provinces – a territory with an area similar to that of metropolitan France (550,000 km²) – there is only one Balar, located in the southern part of the island in Banjar Baru.

L'exposition dans le hall du Balai Arkeologi
L’exposition dans le hall du Balar

Depuis le début du projet, un membre de ce bureau a souvent été intégré à l’équipe. Cependant, nous n’avions pas encore pris le soin de rencontrer l’ensemble du service dans leurs locaux. Deux membres de notre équipe se sont donc rendus pour trois jours à Banjar Baru, avant de clore la mission 2014. Une réunion a été organisée afin de remettre à nos collègues un tirage des six posters éducatifs que nous avons produits et de discuter des projets qu’il serait possible de mener ensemble. Le Balar réalise chaque année une grande campagne de prospection afin d’établir et de préciser la carte archéologique de Kalimantan. Bien que la tache soit démesurée par rapport aux moyens humains et financiers dont ils disposent, les archéologues de Banjar Baru possèdent une précieuse connaissance des sites dont le potentiel archéologique est positif. Nous espérons que cette rencontre donnera lieu une collaboration plus étroite.

From the beginning of the project, one person from the Balar office was often included in the team during the field season. However, we never took the opportunity to visit their office and meet all of their colleagues. This year, two members of our team went to Banjar Baru at the end of the fieldwork. A meeting had been organised where we offered a set of six educational/scientific posters produced by the project, and we discussed the future projects that we could develop together. Every year the Balar undertake important surveys in order to complete the archaeological map of Kalimantan. This task is disproportionate regarding the human and financial resources of the archaeological office in charge of Kalimantan. Nevertheless, archaeologists from Banjar Baru have a great knowledge of the archaeological sites with good potential for research. We hope that our meeting with them will lead to further and stronger collaborations in the future.

 The whole team thank Becky Coles for proof reading copy editing.

La vie sur la colline arc-en-ciel : travaux d’analyse à Sangata

Daily life on Rainbow hill: laboratory work in Sangata

Une des maisons du bureau des sports et du tourisme
Une des maisons du bureau des sports et du tourisme

Nous avons laissé le karst et la forêt derrière nous, pour regagner le Dinas Pemuda Olahraga dan Pariwisata de Sangata (bureau régional du sport et du tourisme). Il se situe à l’écart de la ville, dans le complexe administratif de Bukit Pelangi (la colline de l’arc-en-ciel). Depuis 2011, cette institution nous accueille et assure le stockage de notre équipement et du matériel archéologique. Derrière une ligne de bâtiments en béton, typique des institutions indonésiennes, se cache un ensemble de six maisons en bois. Elles ont été conçues comme des répliques d’architectures traditionnelles propres à différentes régions d’Indonésie. L’une abrite la cantine du personnel administratif. Une autre, la plus vaste, renferme un petit musée où sont exposés les fruits des missions archéologiques françaises et, à l’occasion, des expositions temporaires. Les conditions sont minimales, mais suffisantes pour quelques semaines de travail quasi-autarcique sur le matériel archéologique. Deux mandi, (pièce indonésienne accueillant les toilettes et le baquet d’eau servant à la toilette) un coin cuisine, pallient l’absence de transport permettant de regagner la ville de Sangata. Cette année, nous ne passerons qu’une semaine ici.

 

We have left the karst and the forest behind us, to go back to Dinas Pemuda Olahraga dan Pariwisata in Sangata (Regional Office for Sport and Culture). It is located outside the town, in the administrative complex of Bukit Pelangi (Rainbow Hill). Since 2011, this administration has welcomed us, and stored our field equipment and archaeological material. Behind the building in concrete, standard for Indonesian administration buildings, there is a group of six wooden houses. They have been designed as traditional architectural copies of different Indonesian regions. One of them is used as a restaurant for the administration staff. Another one, the largest, contains a small museum where the results of the French-Indonesian archaeological project are exhibited, in a temporary exhibition. Living conditions are minimal, but liveable for few weeks of quasi autarkic work on the archaeological material. Two mandi (an Indonesian room containing toilets and water-filled buckets for showers) and a small kitchen are useful in the absence of transports to reach the city of Sangata. This year we will spend one week here.

Les posters sont offerts à nos hôtes
Les posters sont offerts à nos hôtes

Notre présence dans ces locaux facilite les échanges avec les responsables administratifs indonésiens. Une première réunion avec notre principal interlocuteur sur place, Pak Budi Amuranto, le responsable du département culturel, est organisée. Nous lui remettons un tirage des six posters que nous avons réalisés dans le courant de l’année, en France. Ce matériel devrait servir aux actions pédagogiques initiés par cette administration, au musée et dans la région (kabupaten). Seulement, les restructurations administratives sont en cours, et les compétences relatives à la culture, à l’éducation et à la conservation risquent d’être redistribuées prochainement. La mission, ballottée dans ces marges d’incertitude, reste tributaire de ces évolutions administratives. À Samarinda, capitale provinciale, le Balai Pelingalan cagar budaya (bureau de la conservation culturelle) a récemment acquis une autorité sur la région du karst de Mangkalihat/Gunung Gergaji, dans la perspective de son classement au patrimoine mondial de l’Unesco. Son responsable, Pak I Made Kusumajaya, vient nous présenter le dossier de candidature qu’il orchestre. Nous tachons d’être utiles à cette candidature en nous engageant à leur faire parvenir notre rapport scientifique.

Discussions à propos de la candidature à l'Unesco
Discussions à propos de la candidature à l’Unesco

Our presence on this site makes exchanges with the Indonesian head office easier..A first meeting with our main collaborator here, Pak Budi Amuranto (Head of the Culture Office), is organised. We offer him a set of six posters summarizing the project results. This material will be used for pedagogical goals in the museum and in the region (kabupaten). To note, administrative reorganisation is ongoing; the offices in charge of culture, education and conservation will change in a near future. Our project is subject to these administration changes, of which we have no power. At Samarinda, the province capital, the Balai Pelingalan cagar budaya (Office for Culture and Conservation) has recently been put in charge of supervising the karst region of Mangkalihat/Gunung Gergaji, due to its potential inclusion as a UNESCO world heritage site. Head of Office, Pak I Made Kusumajaya, came to present to us the Indonesian application that he is supervising. We discussed our contribution to this application and agreed to forward our scientific reports from our fieldwork.

Lithicien à l'œuvre
Lithicien à l’œuvre

Après deux jours, l’équipe commence à se réduire et nous restons trois pour continuer les différentes opérations de laboratoire. Nous réorganisons notre équipement de terrain, établissons le catalogue du fonds documentaire de la mission et poursuivons le traitement du matériel archéologique issu des fouilles des années précédentes. Nous assurons la mise à jour de ce site, entamons la rédaction des différents rapports, et posons les bases d’articles à venir. Cette année sera la dernière du programme quadriennal et celle des synthèse. Nous rassemblons les données issues des trois principaux sites investis par la mission, Liang Abu, Liang Pemalawan et Liang Jon. Il s’agit d’affiner les orientations à donner aux prochaines quatre années du programme.

Traces effaçables d'un problème stratigraphique
Traces effaçables d’un problème stratigraphique

After a few days, the team is smaller and only the team members who have laboratory work to do on site have stayed. We clean and reorganise our field equipment, make lists of the project’s library, and continue analysing the archaeological material from previous years excavation. We are updating this site; starting to write the different reports and pland the structure of scientific articles. This year is the last year of the four year project and will be the synthesis year. We are putting together the data from the three main archaeological sites that we have investigated; Liang Abu, Liang Pemalawan and Liang Jon. Our aim is to detail the objectives of the next four years of the project.

The whole team thank Becky Coles for proof reading and copy editing.

Le terrain. Prospections dans les karsts des Gunung Gergaji

Fieldwork: Survey in the Gunung Gergaji karst

« Un explorateur ne trouve jamais rien […] : il est conduit par les habitants à faire une trouvaille. C’est dans un tel interstice que Rénot situait le “terrain”. »
Bizot F., Le saut du varan, p. 79.

 

Aux confluent de la Mauau et de la Jelai
Au confluent de la Maau et de la Jelai
Ligature au rotin
Ligature au rotin

Depuis Hambur Batu, nous nous engageons dans le réseau fluvial forestier en direction du karst de Gunung Gergaji. D’affluents en affluents nous empruntons des voies sans cesse plus étroites : la Bengalon, puis la Jelai, et enfin la Metem, qu’il nous faut remonter à la pagaie. Nos bateliers installent le camp dans les quelques dizaines de mètres qui séparent la Metem des premiers contreforts du karst. Ils dressent une structure en bois, que l’on couvre d’une vaste bâche. Ce sera notre camp pour une petite semaine.  
From Hambur Batu, we started our journey through the river system to the Gunung Gergaji karst. From tributary to tributary we followed the narrower path: the Bengalon, then the Jelai and finally the Metem River, that we have to take upstream by rowing. Our guides set up the camp in the area between the Metem River and the karst. They installed a wooden structure, which is covered by a waterproof sheet. It will be our camp for a short week.

Orange : couchage ; bleu : cuisine
Orange : couchage ; bleu : cuisine

L’espace est scindé en deux parties. Au nord, on trouve l’espace de cuisine où un feu de bois brûle en permanence. Un cycle de production d’eau potable doit être assuré, en faisant bouillir en permanence de l’eau de la rivière. Cet espace est également celui du stockage où l’on trouve les caisses de matériel, les réserves de nourritures et le générateur électrique… Du coté sud, plus lumineux, un autre foyer constitue un point autour du quel aiment à se retrouver les membres indonésiens du groupe (archéologues et locaux). Les trois repas sont pris en commun. Le riz et les pâtes lyophilisées, sans oublier les conserves de sardines à la tomate, constituent la base, peu diététique, de l’alimentation de terrain. Quelques conserves de fruits et, parfois, les produits de la pêche ou de la chasse de nos guides locaux, agrémentent cette diète. Un petit ponton a été aménagé sur la berge abruptes et glissantes de la Metem pour faciliter le bain du soir.

Carnet de terrain: plan du camp
Le plan du camp

The space is divided into two parts.To the north, we have the cooking area where a wooden fire is always burning. A continuous production of drinkable water is organised, by boiling the water from the river. This area is also dedicated to the storage of boxes of material and food, and a generator to produce electricity. To the south, a sunnier area, another wooden fire burns which is the area where Indonesian members of the team (archaeologist and autochthones) like to spend time. The three daily meals are taken all together. Rice, pasta and tomato sardines are the base of our diet in the field, with some cans of fruit in syrup. Sometimes the guides hunt and fish to supplement our food. A small wooden structure has been built on the slippery bank of the Metem River to enable us to have an evening bath.

 

 

 

Wily et François aux échecs (Croquis Michel Grenet)
Wily et François aux échecs (Croquis Michel Grenet)
Pêche sur la Metem
Pêche sur la Metem

 

 

 

 

 

 

 

 

Topographie à Liang Jon
Topographie à Liang Jon

Puisque nous n’avons pas pu obtenir de permis de fouille, les travaux de terrain consisteront cette année à de la prospection archéologique et géologique. Nous retournons sur le site de Liang Jon pour en faire le relevé topographique. La reprise de la coupe et les datations OSL attendront l’an prochain. En attendant, l’information topographique nous sera utile pour l’analyse du matériel issu des fouilles menées depuis le début des années 2000. Au cours des jours suivants, nous parcourons les environs à pied, emboitant le pas à Pak Tewet, notre guide. Du haut de ses 67 ans, il est l’un des derniers à connaître les grottes, les abris, et les nombreuses pistes, à peine visibles, qui s’entrelacent dans la forêt. Le bureau provincial des affaires culturelles l’a chargé de leur surveillance, et il est souvent sollicité par les équipes étrangères souhaitant travailler dans ce secteur. En longeant la Metem et la Marang, nous tâchons de localiser les configurations géologiques susceptibles de présenter des potentiels archéologiques : les abris et grottes peuvent avoir « piégé » les sédiments, les terrasses de rivière peuvent avoir enregistré les variations des cours d’ eaux mais également les traces des activités humaines.

 

Prospections dans le karst : Liang Tunguy
Prospections dans le karst : Liang Tunguy

As we did not obtain the research permit for excavation, fieldwork will focus this year on an archaeological and geological survey. We are going back to the Liang Jon site to conduct a topographic report. Reopening and OSL sampling is planned for next year. Nevertheless, the topographic information will be useful to analyse the material from the previous year’s excavation. Over the following days, we are exploring the neighbouring area by feet, following Pak Tewet, our guide. At 67 years old he is one of the last people to know the caves, the shelters, and all the invisible paths that run through the forest. The regional office for cultural affairs gave him the responsibility to keep an eye on the caves and shelters, and he often assists foreign researchers wishing to work in this area. Along the Metem and the Marang Rivers, we try to detect geological information which suggests archaeological potential: shelters and caves may have trapped sediment, the river terraces may have recorded river level variation in addition to human activity.

 

 

Pris sur le vif : l'ours malais (aquarelle de Michel Grenet)
Pris sur le vif : l’ours malais (aquarelle de Michel Grenet)

Les travaux de prospections dans les environnements tropicaux posent des problèmes évidents de mobilité et de visibilité. Les déplacements sont lents, les mauvaises rencontres toujours possibles (nous pouvons confirmer que l’ours malais habite toujours cette région, et que les scolopendres n’ont pas perdu de leur piquant !), et égarer une partie de la troupe est un risque toujours présent. Prospecter c’est, bien sûr, espérer observer des choses nouvelles. Mais, trouver du nouveau peut prendre du temps et, chemin faisant, la prospection donne aussi le temps nécessaire aux discussions approfondies sur les données déjà acquises et sur les stratégies à adopter pour l’avenir.

Surveys in tropical environments bring obvious problems in terms of mobility and visibility. We move slowly, dangerous encounters are always possible (we can attest that the Malay bears are still living in this region, and that centipedes are always very biting), and losing a part of the team is always a risk. Conducting a survey may lead to new discoveries, but this can take time. However, during the survey there are always plenty of opportunities to discuss the data already obtain, and plan future research strategies.

Peintures murales et vieux sondages archéologiques
Peintures murales et vieux sondages archéologiques
Ruly, croqué par Michel Grenet
Ruly, archéologue à Jakarta, croqué par Michel Grenet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remise des posters à Merabu
Remise des posters à Merabu

Pendant qu’une partie de l’équipe prospectait dans le karst Gergaji, une autre se rendait plus au nord, dans la vallée de la Lesan. De 2011 à 2013, c’est dans cette région que nous avions développé nos travaux. Il fallait, d’une manière ou d’une autre, leur faire bénéficier (autrement que financièrement) de nos travaux dans leur région. L’ethnologue du projet, accompagné d’un archéologue de Jakarta, ont donc offert au villageois de Merabu un tirage des six posters pédagogiques que nous avons réalisés. Par la même occasion, et afin de compléter les informations ethno-historiques sur le peuplement de cette région, ils ont effectué des entretiens avec des aînés. Ibu Geli (à Merapun), Pak Tamrin et Pak Akim (à Sepaso Sebungkok Induk) ont ainsi pu raconter ce qu’ils se souviennent des traditions et des savoirs qui furent ceux couramment partagés au long du XXe siècle.

While one team was conducting a survey in the Gergaji karst, another team was going northward to the Lesan valley where we worked from 2011 to 2013. We had to make the local population benefit from our research in their region, beyond our financial input. The ethnologist of the project, joined by an archaeologist from Jakarta, gave the Merabu village six educational posters produced by the project. In addition, in order to complete the ethno-historic information of the settlement of this region, they have performed interviews with elderly people. Ibu Geli (at Merapun), Pak Tewet and Pak Akim (at Sepaso Sebungkok Inddunk) have conveyed what they remember of the traditions and knowledge that was still used during the 20th century.

The whole team thank Becky Coles for proof reading and copy editing. 

L’arrivée à Kalimantan et les préparatifs

 Fieldwork organisation in Balikpapan

Balikpapan
Balikpapan

L’équipe a enfin quitté Jakarta pour la province d’Est Kalimantan, dans la partie indonésienne de Bornéo. La ville pétrolière de Balikpapan, capitale provinciale, est habituellement notre première étape. L’équipe s’y est rassemblée au complet. Nos collègues archéologues indonésiens nous y ont rejoint, ainsi qu’un, nouveau venu dans le projet, un géoarchéologue brésilien, Astolfo Araujo. Dans le même temps, nous avons persisté dans nos démarches administratives. Les restructurations administratives et la période électorale ne facilitant certainement pas le bon fonctionnement des services indonésiens. Nous nous expliquons ainsi les difficultés qui nous ont finalement empêchés cette année d’obtenir toute les autorisations de recherche à temps. Notre cas n’est pas isolé : cette année, la grande majorité des équipes archéologiques étrangères ont été forcées d’annuler ou de reporter leur mission de terrain. Toutefois, un effort mutuel de bonne volonté a permis de nous accorder avec notre partenaire indonésien (Arkenas) : notre présence sur le terrain sera tolérée, dans la mesure où elle se limite à de la prospection et à de l’analyse de matériel à l’exclusion de toute autre activité scientifique (fouilles, prélèvements…).

The team has finally left Jakarta to travel to the East Kalimantan province, in the Indonesian part of Borneo. The oil city of Balikpapan, the economic capital of the province, is usually our 1st stop. The team is complete. Our Indonesian colleagues are here, and a new member of the project, Astolfo Araujo, a geoarchaeologist from Brazil. We have persisted in our administrative quest. However, the changes in the administration and electoral period do not help with some aspects of the Indonesian administration. This may explain why we could not get all the research authorisations in time. We are not the only case: this year most of the foreign archaeological teams had to cancel or postpone their fieldwork. Nevertheless, an agreement has been made with our Indonesian counterpart (Arkenas) : our presence in the field was allowed, but we were restricted to only carrying out an archaeological survey and the analysis of archaeological material stored in the museum; all other scientific activities were forbidden (e.g., excavation, sampling).

 

Contenants à vendre à Balikpapan
Contenants à vendre à Balikpapan
Au marché à Balikpapan
Au marché à Balikpapan

 

Balikpapan est la principale place économique de Kalimantan. C’est le lieu le plus propice à l’organisation de la logistique de terrain. L’essence et les denrées, le riz, le sucre et les cigarettes (kretek), ainsi que les équipements de bivouac, s’achètent dans les différents marchés et centres commerciaux de la cité.

Balikpapan is the main economic city of Kalimantan. It is the best location to organise field logistics. Petrol, rice, sugar, cigarette (kretek) and camping equipment can be bought in the different markets and shops in this city.

 

Le Yayasan Total à Balikpapan
Le Yayasan Total à Balikpapan

L’implantation française y est aussi importante, du fait des ressources pétrolières. La firme Total y possède un vaste complexe, comprenant une école dont nous rencontrons le directeur afin de discuter de la mise en place d’ateliers pédagogiques, consacrés à la préhistoire et à l’ethnographie de Kalimantan. La politique culturelle de Total, qui en fait un interlocuteur incontournable dans cette région, consiste également à soutenir des fondations locales. Nous rencontrons la directrice d’une de ces yayasan. Elle s’efforce de développer des circuits commerciaux pour les produits artisanaux des communautés villageoises (principalement, des objets en rotin). Nous envisageons la possibilité future d’une exposition sur la préhistoire, et recommandons un jeune homme originaire d’un des villages de la vallée de la Lesan, afin qu’il puisse compléter sa formation à Balikpapan (cours de français). Nous travaillons avec lui depuis quelques années et il pourrait être un médiateur idéal entre le projet scientifique et les populations locales.
French presence is also important in Balikpapan, due to the oil resources. The company Total has a large complex, including a school; we have met the director to discuss the possibility of organising a pedagogic workshop on prehistory and ethnography of Kalimantan. The cultural policy of Total, making them an unavoidable partner in this region, is also based on sponsoring local foundations/NGOs. We have met the director of one yayasan. This organisation develops trading networks for local handcraft products (mainly in rotan) from village communities. We discussed the possibility of a future exhibition on prehistory, and we recommended a young man from a village in the Lesan valley, to have a French training in Balikpapan. We have worked with him for several years and he could be a perfect mediator between the scientific project and the local populations.

 

Préparatifs au musée de Sangata
Préparatifs à la galerie d’art du conservatoire culturel de Sangatta

Le transport jusqu’aux lieux du terrain a été organisé. Nous nous engageons pour une douzaine d’heures de route, sur une chaussée à l’état aléatoire. Nous ferons une halte au Dinas Pemuda Olahraga dan Pariwisata de Sangata (Bureau régional des sports et du tourisme), où nous chargerons l’équipement de bivouac. Cinq heures de voiture jusqu’au petit village d’Hambur Batu, où nous attendrons l’arrivée des pirogues venues de Tepian Langsat pour pouvoir remonter la rivière Bengalon et enfin atteindre le karst de Gergaji et le site de Liang Jon.

 

 

 

Sur la route…
Sur la route…

The transportation to the fieldwork has been organised. We will have 12 hours by car, on a bad road. We will make a stop at the Dinas Pemuda Olahraga dan Pariwisata de Sangata (regional office for sport and tourism), where we will collect camping and field equipment. Five more hours by car will take us to the small hamlet of Hambur Batu, where we will wait for the wooden pyrogues coming from Tepian Langsat to go upstream on the Bengalon River to reach Gergaji karst and the site of Liang Jon.

 

Embarquement à Hambur Batu
Embarquement à Hambur Batu
Aquarelle de Liang Jon par Michel Grenet
Liang Jon, aquarelle de Michel Grenet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The whole team thanks Becky Coles for proof reading and copy editing.

Terrain 2014, 1re semaine : diffusion et administration à Jakarta

 Fieldwork 2014, 1st week: scientific diffusion and administration in Jakarta

Le Monas (monument national, à Jakarta) sous terre… par Dodo Karundeng
À Jakarta encore, mais déjà sur les traces de l’archéologie… (Vue du Monas – monument national) par Dodo Karundeng ; exposition  actuelle au Taman Ismail Marzuki)

La campagne de terrain 2014 vient de débuter. L’équipe s’est progressivement rassemblée à Jakarta autour du 29 mai et une première semaine vient de s’achever. Il n’est pas encore question de forêt, de fouilles ou de préhistoire, et pourtant, difficile de ne pas compter dans le « terrain » les activités administratives et de diffusion qui nous ont occupé cette semaine.

The 2014 fieldwork has just started. The majority of the team members arrived in Jakarta around the 29th of May, and the team’s first week in Indonesia has just ended. No forest, excavation or prehistory yet, but this week was still an important part of this year’s fieldwork, although administration and scientific tasks have kept us all very busy.

Le 30 mai, Antonio Guerreiro et Sébastien Plutniak ont présenté les travaux de la MAFBO aux étudiants du cours de français intensif de l’Institut français en Indonésie (IFI), jalan Wijaya. Pour les étudiants, c’était une occasion de travailler l’écoute et la compréhension de la langue, mais aussi d’en découvrir davantage sur Kalimantan, une province Indonésienne souvent mal connue dans les grands centres urbains.

On 30th May, Antonio Guerreiro and Sébastien Plutniak gave a conference on the MAFBO project to Indonesian students of the Institut Français en Indonésie, jalan Wijaya (IFI). For the students it was an opportunity to practice their French, but also to discover the Kalimantan province, an Indonesian province poorly known in the Indonesian urban centre. The conference complemented an exhibition produced by the MAFBO; six scientific/educational posters and an ethnographic video will continue to be exhibited at IFI Wijaya (Jakarta) until the 4th of August, before they are exhibited in other Institut Français d’Indonésie in other Javanese cities.

La conférence accompagnait une exposition produite par la MAFBO. Elle se compose de six posters synthétiques et d’une vidéo ethnographique et restera installée à l’IFI Wijaya jusqu’au 4 août, avant d’être exposée dans les Instituts français d’autres villes javanaises.

 

L'exposition à l'Institut français en Indonésie
L’exposition à l’Institut français en Indonésie
L'exposition à l'Institut français en Indonésie
L’exposition à l’Institut français en Indonésie
Remise des posters à l'Arkenas
Remise des posters à l’Arkenas

Ces posters ont également été offerts à notre partenaire, le Pusat Arkeologi Nasional (Arkenas), centre indonésien d’archéologie national, pour témoigner du succès de notre coopération scientifique. Cette visite à l’Arkenas visait également à faciliter notre progression dans les rouages de l’administration indonésienne. La visite au Kementerian Riset Dan Teknologi (Ristek), ministère indonésien de la recherche scientifique et technique, avait le même but.

Adhi Agus (Arkenas), F.-X. Ricaut (MAFBO) et Garuda
Adhi Agus (Arkenas) & F.-X. Ricaut.

These posters have also been given to our Indonesian institutional partner, the Pusat Arkeologi Nasional (Arkenas), National Centre for Archaeology, as a proof of our successful scientific collaborations. Our visit to Arkenas was also motivated by the necessity to improve our understanding of the complex Indonesian administration. Our visit to the Kementerian Riset Dan Teknologi (Ristek), the Indonesian ministry of scientific research and technology had the same objective.

L’École française d’extrême-orient (EFEO) possède un de ses centres à Jakarta. L’équipe a profité d’être retenue par les impératifs administratifs pour rencontrer les membres locaux de l’EFEO et tirer profit des fonds de la bibliothèque.

The École française d’extrême-orient (EFEO) has one of its center in Jakarta. The MAFBO team went there to meet our colleagues of the EFEO and to use the excellent library collections.

La MAFBO au travail à la bibliothèque de l'EFEO
Au travail à la bibliothèque de l’EFEO
Le centre de l'École française d'extrême-orient à Jakarta
Le centre de l’École française d’extrême-orient à Jakarta

 

Pendant que nous nous efforçons de satisfaire à ces pré-requis administratifs,  l’Indonésie est en pleine campagne électorale. Le nouveau président de la république sera élu le 9 juillet prochain et la ville est animée par les supporters respectifs des deux candidats…

At present, Indonesia is entering an electoral period. The new president will be elected the 9th July and Jakarta city is full of the supporters of the two candidates.

1/06/14, Jakarta
1/06/14, Jakarta