Présentation du projet (fr)

La mission archéologique française à Bornéo (MAFBO) intitulée « Étude diachronique de l’utilisation des grottes et abris sous roche de Bornéo, et de l’histoire du peuplement » se déroule en collaboration avec le Centre national de recherche archéologique de Jakarta, Indonésie (Pusat Penelitian dan Pengembangan, Arkeologi Nasional).

La mission se déroule dans la province indonésienne de Kalimantan Est, dans les districts d’est Kutai et de Berau. Nos recherches s’attachent spécifiquement à deux bassins versants, ceux de la Lesan et de la Marang, où se situent les massifs karstiques les plus proches de la côte (mer des Célèbes). Zone d’interface, cette région offre la possibilité d’appréhender les dynamiques de peuplement et d’échanges entre le littoral et les espaces forestiers plus intérieurs.

Fieldwork location in Indonesia

Localisation en Indonésie

Nous développons une approche pluridisciplinaire (conjuguant les aspects biologiques, culturels et environnementaux) afin d’étudier l’évolution du peuplement humain dans cette région sur le temps long, de la fin du Pléistocène à l’époque actuelle. Nous cherchons à cerner ces populations à partir d’ensembles de restes archéologiques, d’identités culturelles contemporaines et anciennes (par l’ethno-histoire), et de marqueurs biologiques. Quels peuvent être les rapports entre ces différents aspects sur l’histoire des groupes humains dans cette région ? Peut-on identifier des changements et les associer à des effets de pressions, environnementales, démographiques, ou culturelles ?

c

Localisation à Kalimantan Est

Cette approche pluridisciplinaire a conduit à un renforcement du partenariat scientifique, tant sur le terrain que lors des analyses post-fouille. La collaboration s’est élargie et implique désormais quatre partenaires scientifiques indonésiens et cinq partenaires internationaux. La mission joue aussi un rôle pédagogique (vulgarisation scientifique, soutien aux étudiants indonésiens et formation continue). Elle contribue également à la conversation et à la valorisation des patrimoines locaux (archéologiques et ethnographiques, notamment à la galerie d’art et de conservation culturelle de Sangata). L’équipe de recherche, internationale, est composée de neuf archéologues, d’un géoarchéologue, d’un ethno-linguiste et de deux anthropo-biologistes (dont un doctorant). Lors des campagnes de terrain, qui se déroulent chaque année au printemps, trois à dix ouvriers locaux complètent, selon les années, cette équipe.

 

Fin de journée, retour au camp…

Fin de journée, retour au camp…


Vous aimerez aussi...