Le terrain. Prospections dans les karsts des Gunung Gergaji

Fieldwork: Survey in the Gunung Gergaji karst

« Un explorateur ne trouve jamais rien […] : il est conduit par les habitants à faire une trouvaille. C’est dans un tel interstice que Rénot situait le “terrain”. »
Bizot F., Le saut du varan, p. 79.

 

Aux confluent de la Mauau et de la Jelai

Au confluent de la Maau et de la Jelai

Ligature au rotin

Ligature au rotin

Depuis Hambur Batu, nous nous engageons dans le réseau fluvial forestier en direction du karst de Gunung Gergaji. D’affluents en affluents nous empruntons des voies sans cesse plus étroites : la Bengalon, puis la Jelai, et enfin la Metem, qu’il nous faut remonter à la pagaie. Nos bateliers installent le camp dans les quelques dizaines de mètres qui séparent la Metem des premiers contreforts du karst. Ils dressent une structure en bois, que l’on couvre d’une vaste bâche. Ce sera notre camp pour une petite semaine.  
From Hambur Batu, we started our journey through the river system to the Gunung Gergaji karst. From tributary to tributary we followed the narrower path: the Bengalon, then the Jelai and finally the Metem River, that we have to take upstream by rowing. Our guides set up the camp in the area between the Metem River and the karst. They installed a wooden structure, which is covered by a waterproof sheet. It will be our camp for a short week.

Orange : couchage ; bleu : cuisine

Orange : couchage ; bleu : cuisine

L’espace est scindé en deux parties. Au nord, on trouve l’espace de cuisine où un feu de bois brûle en permanence. Un cycle de production d’eau potable doit être assuré, en faisant bouillir en permanence de l’eau de la rivière. Cet espace est également celui du stockage où l’on trouve les caisses de matériel, les réserves de nourritures et le générateur électrique… Du coté sud, plus lumineux, un autre foyer constitue un point autour du quel aiment à se retrouver les membres indonésiens du groupe (archéologues et locaux). Les trois repas sont pris en commun. Le riz et les pâtes lyophilisées, sans oublier les conserves de sardines à la tomate, constituent la base, peu diététique, de l’alimentation de terrain. Quelques conserves de fruits et, parfois, les produits de la pêche ou de la chasse de nos guides locaux, agrémentent cette diète. Un petit ponton a été aménagé sur la berge abruptes et glissantes de la Metem pour faciliter le bain du soir.

Carnet de terrain: plan du camp

Le plan du camp

The space is divided into two parts.To the north, we have the cooking area where a wooden fire is always burning. A continuous production of drinkable water is organised, by boiling the water from the river. This area is also dedicated to the storage of boxes of material and food, and a generator to produce electricity. To the south, a sunnier area, another wooden fire burns which is the area where Indonesian members of the team (archaeologist and autochthones) like to spend time. The three daily meals are taken all together. Rice, pasta and tomato sardines are the base of our diet in the field, with some cans of fruit in syrup. Sometimes the guides hunt and fish to supplement our food. A small wooden structure has been built on the slippery bank of the Metem River to enable us to have an evening bath.

 

 

 

Wily et François aux échecs (Croquis Michel Grenet)

Wily et François aux échecs (Croquis Michel Grenet)

Pêche sur la Metem

Pêche sur la Metem

 

 

 

 

 

 

 

 

Topographie à Liang Jon

Topographie à Liang Jon

Puisque nous n’avons pas pu obtenir de permis de fouille, les travaux de terrain consisteront cette année à de la prospection archéologique et géologique. Nous retournons sur le site de Liang Jon pour en faire le relevé topographique. La reprise de la coupe et les datations OSL attendront l’an prochain. En attendant, l’information topographique nous sera utile pour l’analyse du matériel issu des fouilles menées depuis le début des années 2000. Au cours des jours suivants, nous parcourons les environs à pied, emboitant le pas à Pak Tewet, notre guide. Du haut de ses 67 ans, il est l’un des derniers à connaître les grottes, les abris, et les nombreuses pistes, à peine visibles, qui s’entrelacent dans la forêt. Le bureau provincial des affaires culturelles l’a chargé de leur surveillance, et il est souvent sollicité par les équipes étrangères souhaitant travailler dans ce secteur. En longeant la Metem et la Marang, nous tâchons de localiser les configurations géologiques susceptibles de présenter des potentiels archéologiques : les abris et grottes peuvent avoir « piégé » les sédiments, les terrasses de rivière peuvent avoir enregistré les variations des cours d’ eaux mais également les traces des activités humaines.

 

Prospections dans le karst : Liang Tunguy

Prospections dans le karst : Liang Tunguy

As we did not obtain the research permit for excavation, fieldwork will focus this year on an archaeological and geological survey. We are going back to the Liang Jon site to conduct a topographic report. Reopening and OSL sampling is planned for next year. Nevertheless, the topographic information will be useful to analyse the material from the previous year’s excavation. Over the following days, we are exploring the neighbouring area by feet, following Pak Tewet, our guide. At 67 years old he is one of the last people to know the caves, the shelters, and all the invisible paths that run through the forest. The regional office for cultural affairs gave him the responsibility to keep an eye on the caves and shelters, and he often assists foreign researchers wishing to work in this area. Along the Metem and the Marang Rivers, we try to detect geological information which suggests archaeological potential: shelters and caves may have trapped sediment, the river terraces may have recorded river level variation in addition to human activity.

 

 

Pris sur le vif : l'ours malais (aquarelle de Michel Grenet)

Pris sur le vif : l’ours malais (aquarelle de Michel Grenet)

Les travaux de prospections dans les environnements tropicaux posent des problèmes évidents de mobilité et de visibilité. Les déplacements sont lents, les mauvaises rencontres toujours possibles (nous pouvons confirmer que l’ours malais habite toujours cette région, et que les scolopendres n’ont pas perdu de leur piquant !), et égarer une partie de la troupe est un risque toujours présent. Prospecter c’est, bien sûr, espérer observer des choses nouvelles. Mais, trouver du nouveau peut prendre du temps et, chemin faisant, la prospection donne aussi le temps nécessaire aux discussions approfondies sur les données déjà acquises et sur les stratégies à adopter pour l’avenir.

Surveys in tropical environments bring obvious problems in terms of mobility and visibility. We move slowly, dangerous encounters are always possible (we can attest that the Malay bears are still living in this region, and that centipedes are always very biting), and losing a part of the team is always a risk. Conducting a survey may lead to new discoveries, but this can take time. However, during the survey there are always plenty of opportunities to discuss the data already obtain, and plan future research strategies.

Peintures murales et vieux sondages archéologiques

Peintures murales et vieux sondages archéologiques

Ruly, croqué par Michel Grenet

Ruly, archéologue à Jakarta, croqué par Michel Grenet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remise des posters à Merabu

Remise des posters à Merabu

Pendant qu’une partie de l’équipe prospectait dans le karst Gergaji, une autre se rendait plus au nord, dans la vallée de la Lesan. De 2011 à 2013, c’est dans cette région que nous avions développé nos travaux. Il fallait, d’une manière ou d’une autre, leur faire bénéficier (autrement que financièrement) de nos travaux dans leur région. L’ethnologue du projet, accompagné d’un archéologue de Jakarta, ont donc offert au villageois de Merabu un tirage des six posters pédagogiques que nous avons réalisés. Par la même occasion, et afin de compléter les informations ethno-historiques sur le peuplement de cette région, ils ont effectué des entretiens avec des aînés. Ibu Geli (à Merapun), Pak Tamrin et Pak Akim (à Sepaso Sebungkok Induk) ont ainsi pu raconter ce qu’ils se souviennent des traditions et des savoirs qui furent ceux couramment partagés au long du XXe siècle.

While one team was conducting a survey in the Gergaji karst, another team was going northward to the Lesan valley where we worked from 2011 to 2013. We had to make the local population benefit from our research in their region, beyond our financial input. The ethnologist of the project, joined by an archaeologist from Jakarta, gave the Merabu village six educational posters produced by the project. In addition, in order to complete the ethno-historic information of the settlement of this region, they have performed interviews with elderly people. Ibu Geli (at Merapun), Pak Tewet and Pak Akim (at Sepaso Sebungkok Inddunk) have conveyed what they remember of the traditions and knowledge that was still used during the 20th century.

The whole team thank Becky Coles for proof reading and copy editing. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.