Interview of Researcher: Erik Meijaard

Erik Meijaard

Erik Meijaard

Where did you train and in which field of research ?

I came to Indonesia as a student of tropical ecology in 1992. After graduating I came back with a job to travel across all parts of Borneo and map the distribution of orangutans and other mammal species. Between 2000 and 2004 I conducted my PhD research in the School of Archaeology and Anthropology at the Australian National University. My research focused on trying to explain the distribution of Indo-Malayan mammals, combining zoo-archaeology, genetics, morphometrics, and reviews of palaeoenvironmental and palaeogeographical studies.

Quelle a été votre formation et où l’avez-vous réalisée ?

En 1992, je venais pour la première fois en Indonésie en tant qu’étudiant en écologie tropicale. Après avoir obtenu ma licence, j’ai obtenu un emploi qui m’a permis d’y revenir afin de cartographier la distribution des orang-outans et d’autres mammifères dans tous les recoins de Bornéo. Entre 2000 et 2004, j’ai effectué ma recherche doctorale au département d’archéologie et d’anthropologie de l’Australian National University. Il s’agissait d’expliquer la distribution des mammifères indo-malais en associant des analyses zoo-archéologiques, génétiques, morphométriques à une revue des littératures paléoenvironnementale et paléogéographique.

What drove you to study this research field?

I am not sure. I somehow ended up in Indonesia, loved being here, and never looked back. You can’t study mammals in this region without worrying about their conservation, so automatically I transitioned into more conservation-focused research.

Qu’est-ce qui vous a amené sur ce terrain de recherche ?

Je ne sais pas trop. J’ai atterri en Indonésie, ai aimé y être, et n’ai jamais regardé en arrière. On ne peut pas étudier les mammifères
dans cette région sans se sentir concerné par leur préservation : mécaniquement, je me suis ensuite orienté vers des recherches plus appliquées à leur conservation.

What research are you doing/have you done in Borneo and Indonesia?

Since 2011, I have coordinated the Borneo Futures initiative, together with Dr Marc Ancrenaz, my long-term French collaborator in conservation science (and fellow wine drinker). Borneo Futures coordinates a research network of some 20 active scientists, who all focus on science that informs land-use and natural resource use decision-making. There are many possible futures for Borneo, but some are much better than others and benefit more people. Clarifying what the economics and politics of those futures could look like helps politician make better choices and informs the broader public about the choices that they have.

Quelles recherches avez-vous menées à Bornéo et en Indonésie ?

Je dirige depuis 2011 le projet Borneo Futures en compagnie de Marc Ancrenaz, de longue date mon collaborateur (et bon compagnon de boisson). Ce projet coordonne un réseau d’environ vingt chercheurs actifs, tous penchés sur les politiques et les pratiques relatives aux terres et aux ressources naturelles. Il y a bien des chemins possibles pour le futur de Bornéo, mais certains sont meilleurs que d’autres et seront plus profitable au peuple. Clarifier ce que pourraient être ces différentes perspectives sur les plans économiques et politiques contribue à aider les décideurs dans leurs choix et à informer le public des différents choix qui s’offrent à eux.

What is your opinion on the current state of zoological/archaezoological research in Borneo and in the South East Asian region?

I am only tangentially engaged with archaeological research in Borneo, through my interest in trying to understand the weird and wonderful word of Indo-Malayian mammals, but I don’t really know what is happening. One thing I do know is that there is a lot left to explore. I have seen many caves in different parts of Borneo that would definitely have had people in them at some stage, but which have never been studies. Much new information remains to be discovered.

Quelle est votre opinion à propos de l’état actuel des recherches en anthropologie et archéologie à Bornéo et dans l’Asie du sud-est ?

Je ne sais pas trop ce qui s’y fait, et ne suis qu’incidemment investit dans la recherche archéologique à Bornéo, puisque je cherche avant tout à comprendre l’étrange et merveilleux monde des mammifères indo-malais. Une chose que je sais, c’est qu’il reste énormément à découvrir. J’ai vu de nombreuses grottes dans différentes régions de Bornéo qui n’ont jamais été étudiées mais qui ont dû très certainement abriter des hommes à une époque ou à une autre. Beaucoup de nouvelles choses restent à être découvertes.

What research developments in anthropology and archaeology would you like to see in these regions?

I think studies of anthropology and archaeology can help people understand how special the place is they live in, and help them value the historical and cultural context in which they grew up. It is hard to value something that people do not know exists. If people in the Sangkulirang area knew that 18,000 years ago there were already people living in the area, creating works of art, they might be more likely to think twice before allowing those limestone areas to be turned into cement. Studies of anthropology and archaeology can help create a sense of pride and ownership among Borneo’s people that is presently being eroded by rapid societal and environmental changes that people think they can’t control. But people have a voice and can control their future. Understanding the past helps shape this voice.

Quelles recherches en anthropologie et en archéologie souhaiteriez vous voir se développer dans ces régions ?

Je pense que les recherches archéologiques et anthropologiques peuvent aider les gens à comprendre la spécificité des lieux où ils vivent et à estimer la valeur historique et culturelle de l’endroit où ils ont grandit. Il est difficile d’estimer quelque chose dont chacun ignore l’existence. Si les gens de Sangkulirang savaient qu’il y a 18 000 ans d’autres personnes vivaient déjà dans cette région et réalisaient des œuvres d’art, il est fort probable qu’il réfléchiraient à deux fois avant d’autoriser la transformation de cette région karstique en ciment. Les recherches archéologiques et anthropologiques contribuent à créer un sentiment de fierté et de propriété chez les gens de Bornéo, lequel a été érodé par les bouleversements sociaux et environnementaux sur lesquels ils pensent n’avoir aucun contrôle. Mais les gens ont une voix et peuvent prendre en main leur futur. Comprendre le passé aide à constituer cette voix.

What is the most important or exciting anthropological/archaeological discovery in these regions during the last years?

Personally I am very excited about the cave paintings in both Borneo and Sulawesi. They provide such powerful and tangible messages from the past. As a side-job I chair the IUCN/SSC Wild Pig Specialist Group, and I think it is totally cool that the oldest cave painting in the world depicts… a pig.

Quelle est, selon vous, la découverte archéologique ou anthropologique la plus importante ou stimulante de ces dernières années dans cette région du monde ?

J’ai été, personnellement, très enthousiasmé par la découverte des peintures rupestres à Bornéo et à Célèbes. Ils livrent un message du passé si tangible et puissant. À côté de mon travail, je siège, à l’IUCN/SSC Wild Pig Specialist Group, et je trouve super que la plus vieille peinture rupestre du monde représente… un cochon.

Erik Meijaard, August 2015.

Traduction : Sébastien Plutniak

 

 


Vous aimerez aussi...