Interview of Researcher: Jean-Michel Chazine

J.-M. Chazine on the field

J.-M. Chazine on the field

Where did you train and in which field of research?

First in Pincevent site (France), then in French Polynesia and many atolls in the eastern Pacific, on prehistoric periods, from late Pleistocene to sub-recent Austronesian sequences in Philippines (Palawan) and Indonesia (Borneo/East Kalimantan), including ethno-archaeological and Rock Art researches.

Où et quelle a été votre formation ?

Je me suis formé premièrement sur le site préhistorique de Pincevent
(France), puis en Polynésie française et dans de nombreux atolls du
Pacifique est, où j’ai mené des travaux concernant la période
préhistorique, depuis le Pleistocène jusqu’aux séquences austronésiennes aux Philippines (Palawan) et en Indonésie (Bornéo, Kalimantan Est). À ceci, s’ajoutent des travaux ethno-archéologiques et d’autres concernant l’art pariétal.

What drove you to study this research field?

In Polynesia, I was included in a MAB program on atolls, which led me to survey and work on many islands of the Pacific. Later in Borneo, where I was invited by Luc-Henri Fage, a French caver, with whom we made the very first archaeological discoveries (surface lithic and ceramic remains and Rock Art sites). First in the western side of Müller Range, then on the Eastern in the huge East Kutai karstic area.

Qu’est-ce qui vous a amené sur ce terrain de recherche ?

En Polynésie, j’ai été intégré à un programme MAB concernant les atolls ce qui m’a amené à travailler et prospecter sur de nombreuses îles du Pacifique. Plus tard, j’ai été invité à travailler à Bornéo par Luc-Henri Face, un spéléologue français, avec qui nous avons réalisé les premières découvertes archéologiques (restes lithiques et céramiques de surface, et sites à art pariétal). Cela, d’abord sur le versant ouest des Monts Müller puis sur le versant oriental, dans l’immense zone karstique de Kutai Est.

What research are you doing/have you done in Borneo and Indonesia?

The first phase was intended to check and survey as many possible sites as possible, including mainly caves and overhang shelters with or without expressions of Rock Art, which appeared to be quite unique in the world. This was conducted with Pindi Setiawan, an Indonesian researcher from ITB. After having concluded a Memoran of Understanding with the then Puslit Arkenas in 2003, we started a common French-Indonesian research program, which led to the excavations of many sites whose occupation may have started before 12.000 years BP. (Many annual reports, communications and publications have spread the results gained during these cooperatives years (2003-2009).

Quelles recherches avez-vous menées à Bornéo et en Indonésie ?

Une première période de mes travaux ont consisté à prospecter, aussi extensive ment que possible, à la recherche de grottes et d’abris présentant ou non des expressions d’art pariétal, uniques au monde. Ces travaux ont été mené avec Pindi Setiawan, un chercheur indonésien de l’Institut de technologie de Bandung. Après avoir signé à Memorandum of Understanding avec le Puslit Arkenas en 2003, nous avons débuté un programme de collaboration scientifique franco-indonésien, lequel a conduit à la fouille de plusieurs sites présentant des occupations remontant jusqu’à 12 000 ans BP. (Des rapports annuels, des communications et des publications ont rendu compte et diffusé les résultats de cette collaboration entre 2003 et 2009.)

What is your opinion on the current state of anthropological/archaeological research in Borneo and in the South East Asian region?

A great lack of concertation and information concerning intended researches and/or definitive results attested by the different teams or laboratories engaged in researches in the South-East Asia and especially the Island South East-Asia. Unfortunately, the regular IPPA meeting, which should provide a good opportunity for that kind of check up of the research is mostly missing that goal, because participants do not grasp that opportunity probably for different official or individual reasons.

Quelle est votre opinion à propos de l’état actuel des recherches en anthropologie et archéologie à Bornéo et dans l’Asie du sud-est ?

Je constate un manque de concertation et de partage d’informations et de résultats entre les différentes équipes ou laboratoires engagés dans des travaux en Asie du Sud-Est et plus particulièrement en Asie du Sud-est insulaire. Malheureusement, les réunions de l’IPPA, qui devraient permettre ces échanges, manquent leur but dans la mesure où les participants ne se saisissent pas de cette opportunité, probablement pour différentes raisons officielles ou individuelles.

What research developments in anthropology and archaeology would you like to see in these regions?

From my opinion, we are still lacking of precise knowledge concerning the spread, dates, settlement and real influence on previous settlers (mostly Pleistocene cultures) of the Austronesian influence.

Quelles recherches en anthropologie et en archéologie souhaiteriez vous voir se développer dans ces régions ?

De mon point de vue, nous manquons encore de connaissances précises concernant la diffusion, la chronologie et l’influence effective des premiers peuplement (cultures Pléistocènes) sur les influences austronésiennes postérieures.

What is the most important or exciting anthropological/archaeological discovery in these regions during the last years?

Of course the totally unexpected discovery of a quite unknown and fascinating Rock Art in this region, then the discovery of two more small “Lapita-like” sherds just besides the skeleton of a burial presenting the same points than those from the Lapita cemetery of Teuma in Vanuatu! Both discoveries although amazing and troubling are quite exciting. East Kalimantan and globally Borneo is still a puzzling space where researches should be rapidly developed facing strong ecological threatens like the possible building of cement plants, which would destroy fundamental caves and their prehistoric contents (for example, protection laws have not been strong enough to resist to the destruction of many ornate caves in south Sulawesi).

Quelle est, selon vous, la découverte archéologique ou anthropologique la plus importante ou stimulante de ces dernières années dans cette région du monde ?

La découverte inattendue d’un art pariétal inconnu et fascinant dans cette région, ainsi que la découverte de deux tessons « simili-lapita » à côté du squelette d’une sépulture aux caractéristiques semblables à celles du cimetière Lapita de Teuma au Vanuatu ! Ces deux découvertes, bien qu’étonnantes et troublantes, sont particulièrement excitantes. Kalimantan Est, et Bornéo plus largement, reste un espace problématique où les recherches devraient se développer rapidement afin de contrer les menaces écologiques tels que les cimenteries, qui risquent de détruire les grottes et leurs potentiel archéologiques (par exemple, les lois de protection restent insuffisantes pour résister à la destruction de nombreuses grottes ornées dans le sud de Sulawesi).

Jean-Michel Chazine
21 juin 2015

Traduction : Sébastien Plutniak

 


Vous aimerez aussi...