Exposition sur les ikat de Sumba à Toulouse / Ikat from Sumba exhibition

Espace Asia, Toulouse, France — Du 26 novembre au 7 mai 2015

Patola Gajah

Patola Gajah

 

Sumba

Sumba

Pour la première fois en France, cette exposition fera découvrir la tradition vivante de l’Ikat et l’exceptionnel savoir-faire des tisserandes de la grande île de Sumba, une des îles de la Sonde, isolée au sud-est de l’archipel indonésien. L’Ikat – du verbe indonésien mengikat, « lier, nouer » – est un mode de teinture à réserve ligaturée, très ancien et très sophistiqué. En teignant le fil, les parties qu’on veut préserver d’une certaine couleur, sont protégées par des ligatures végétales que l’on noue sur la chaîne. On plonge ensuite l’écheveau dans la teinture, puis on recommence le processus pour chaque autre teinte, avant de le replacer sur le métier à tisser à dossière. Plus il y a de couleurs, plus le travail est savant et contraignant. Par extension, le mot ikat désigne la pièce de tissu qui en résulte.

L’univers magique omniprésent de Sumba se loge dans ses textiles exceptionnels. A Sumba, on naît et on meurt dans un Ikat, mais on le porte aussi au quotidien, en jupe tubulaire, le sarong ou comme une écharpe, un mouchoir de tête.

Après avoir obtenu successivement le classement du Théâtre d’ombres wayang kulit, du Kris, puis du Batik de Java, de l’Angklung – un instrument de musique en bambou – et de la danse Saman d’Aceh, l’Indonésie a proposé en 2013-2014 à l’UNESCO, le sac en filet de fibres naturelles des Papous de Wamena, le Noken (Papouasie indonésienne, province de Papua) et l’ikat de l’Est de Sumba pour inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO.

Tissage d'ikat

Tissage d’ikat (© A. Guerreiro)

L’exposition montrera les Ikats de chaîne de l’Est de l’île, qui jouent sur des motifs complexes fondés sur la symétrie, tissus d’épaules/couvertures (kain hinggi), écharpes (selendang), jupes sarong (lau), alternant figures héraldiques et thèmes animaliers ou rituels – arbres symboliques, pirogues, maisons, chefs…

Tous dans une riche gamme de couleurs, où les rouges-bruns et l’indigo dominent, comme à Pau et Rindi. Et aussi quelques pièces de l’Ouest (régions de Kodi, Loli et Laboya), à franges, alternant rayures, fleurs ou plantes stylisées, décorées aux deux extrémités par des bandes en trame supplémentaire, à fond blanc, indigo ou noir.

Antonio Guerreiro (IrAsia : Institut de Recherches sur l’Asie)

La page « exposition »  d’Espace Asia.

 

 

Cimetière du village de Rindé Raja'

Cimetière du village de Rindé Raja’ (© A. Guerreiro)

Mégalithes à Wanokakak


Mégalithes à Wanokakak (© A. Guerreiro)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire